Objectif 4 : Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie

"Obtenir une éducation de qualité est le fondement pour améliorer la vie des gens et le développement durable. Outre l’amélioration de leur qualité de vie, l’accès à une éducation inclusive et équitable peut aider à doter les populations locales des outils nécessaires pour développer des solutions innovantes aux plus grands problèmes du monde.

À l’heure actuelle, plus de 265 millions d’enfants ne sont actuellement pas scolarisés et 22% d’entre eux sont en âge de fréquenter l’école primaire. De plus, même les enfants qui vont à l’école ne possèdent pas les compétences de base en lecture et en mathématiques. Dans la dernière décennie, des progrès majeurs ont été accomplis dans l’amélioration de l’accès à l’éducation à tous les niveaux et à l’accroissement des taux de scolarisation à tous les niveaux dans les écoles, en particulier pour les filles. Les savoirs de base ont progressé de façon spectaculaire, mais il convient de redoubler d’efforts pour avancer encore plus vite sur la voie de la réalisation des objectifs dans le domaine de l’éducation universelle. Ainsi, le monde est parvenu à réaliser l’égalité entre filles et garçons dans l’enseignement primaire, mais peu de pays ont atteint cette cible à tous les niveaux de l’éducation.

Les raisons du manque d’éducation de qualité sont dues au manque d’enseignants correctement formés, aux mauvaises conditions scolaires et aux problèmes d’équité liés aux opportunités offertes aux enfants ruraux. Pour qu’une éducation de qualité soit dispensée aux enfants des familles démunies, des investissements sont nécessaires dans les bourses d’études, les ateliers de formation des enseignants, la construction d’écoles et l’amélioration de l’accès à l’eau et à l’électricité dans les écoles." En savoir +

 

  • illustration
    Maîtriser l'approvisionnement en eau des communautés

    Aux Philippines, les zones côtières sont soumises à une pression anthropique liée à une urbanisation rapide et incontrôlée. Dans ce contexte, l'approvisionnement de la population locale en eau potable demeure un défi important. En raison de la morphologie des îles volcaniques, les villes sont littéralement coincées entre les côtes et les collines...

  • Appui institutionnel - Vietnamese National University of Agriculture

    L’ARES a été et demeure le partenaire le plus important de la VNUA au cours des dernières années par l’importance de son appui financier et par la continuité de son soutien.

  • Les effets neurotoxiques des ressources minières sur les mineurs

    Le Katanga regorge de ressources minières, notamment le cuivre et le cobalt. L’exploitation de ces mines expose fortement les travailleurs, adultes ou enfants, à diverses formes de contamination. A des degrés divers, les populations des régions minières subissent, elles aussi, les pollutions des sols, de l’air, de l’eau et, par extension, de la nourriture.

  • Eviter la dégradation du patrimoine environnemental

    Le point de départ du projet est un double constat. Celui d’un scandale environnemental, tout d’abord, avec  une gestion anarchique des ressources naturelles (mines, bois, eau,..). Celui d’un retard éducatif majeur, ensuite, dû à plus de 40 années de crises politiques et humanitaires.

  • Des soins de santé modernes grâce à la médecine traditionnelle

    Malgré une légère amélioration de la situation socio-économique, la RDC reste confrontée à de multiples problèmes de santé. L’accès à la médecine conventionnelle étant limitée pour une part importante de la population, la médecine traditionnelle est la principale, voire souvent la seule, alternative de soins.

  • Appui institutionnel - Université de Kinshasa

    Le programme d’appui institutionnel avec l’UNIKIN a démarré en 2000. Il s’est intensifié dès 2003 avec un programme qui s’inscrivait principalement dans une logique de réhabilitation des facultés. Progressivement, cet appui a pu ramener un certain enthousiasme et de l’espoir dans un environnement universitaire qui, pendant des années, avait souffert des aléas politiques et socio-économiques.

  • Appui institutionnel - Université de Lubumbashi

    Le programme d’appui institutionnel avec l’UNILU a démarré en 2003 et visait à favoriser, pour toutes les disciplines, la pratique de terrain ou de laboratoire par le recours à des instruments scientifiques fonctionnels, la mise à jour de l’information scientifique et la formation à des techniques pédagogiques adaptées aux réalités propres à l’UNILU.

  • Appui institutionnel - Universidad Nacional de San Antonio Abad del Cusco

    Mis en œuvre depuis 2009, l’appui institutionnel a pour objectif de permettre à l’UNSAAC d’être une communauté académique et scientifique de niveau international, axée sur les besoins et les contraintes du développement régional.

  • Appui institutionnel - Université Abdou Moumouni

    Le programme d’appui institutionnel à l’UAM a démarré en 2014. Son objectif à long terme est de contribuer à améliorer la performance de l’université dans ses trois missions fondamentales, la recherche, l’enseignement et les services à la société.

  • Appui institutionnel - Université d’Etat d’Haïti

    Le premier partenariat de coopération universitaire institutionnelle avec l’UEH date de 2002. Il a ciblé quatre axes de renforcement : la relève académique, l’intensification de l’activité scientifique, le renforcement des bibliothèques et le désenclavement numérique.

  • La médiation, une réponse aux victimes de violence en Equateur

    Comme beaucoup d’autres pays, l’Equateur est confronté à la problématique de la violence. Enfants et adolescents sont des cibles régulières. Une étude de 2015 révélait que 38% d’entre eux étaient confrontés à la violence intrafamiliale et que 26% connaissaient des traitements violents à l’école.

  • illustration
    Appui institutionnel - Université centrale d’Equateur

    Le programme d’Appui institutionnel est centré sur l’amélioration des processus académiques de formation et de recherche en développant les structures et les ressources humaines (doctorats, soutien à la production scientifique multidisciplinaire, processus d’assurance qualité des formations).

  • Appui institutionnel - Institut de technologie du Cambodge

    De 2017 et 2021, l’ARES et l’ITC vont exécuter le 4ème programme d’appui institutionnel. Depuis 1997, la logique d’intervention qui a prévalu entre les deux partenaires a été de permettre à l’ITC de s’inscrire durablement dans la perspective du développement du Cambodge.

  • La professionnalisation des journalistes, socle d’une presse libre

    Les médias burundais ont  longtemps été cités en exemple sur le continent africain, ayant joué un rôle modérateur tant au lendemain de la guerre civile en 2005 que durant les divers cycles électoraux qu’a connu le pays. La formation des journalistes y est pour beaucoup.

  • Programme spécifique de renforcement de capacités individuelles

    Le programme d’appui institutionnel en vigueur jusqu’à l’été 2017 était en phase  avec le plan stratégique de l’UB et les orientations définies par les autorités, avec comme objectif de rendre à l’institution une place proéminente dans l’enseignement supérieur à l’échelle régionale et continentale.

  • L'accès aux médicaments, défi et enjeu de santé publique

    L’accès aux médicaments est un défi majeur en Afrique sub-saharienne car il constitue un maillon important de santé publique mais aussi un enjeu économique, vu les coûts très importants liés à leur mise à disposition. Au Burkina Faso, 152 millions d’euros sont ainsi dépensés annuellement pour l’importation des produits de santé.

  • Mieux prévenir et mieux soigner les mycoses invasives

    Au Burkina Faso, les maladies infectieuses représentent une des principales causes de décès. Suite à l’évolution des conditions socio-économiques, les mycoses opportunistes sont apparues de façon significative.

  • La création d'entreprise, une piste pour les jeunes diplômés

    Onze millions de jeunes africains arrivent sur le marché du travail chaque année. Malgré une croissance économique soutenue depuis des années et des progrès en termes d’éducation et de formation, la question de l’emploi des jeunes et de leur employabilité reste un défi majeur pour les pays d’Afrique.

  • Santé maternelle: prévention conjointe du paludisme et des IST

    Le paludisme et les infections sexuellement transmises (IST) sont des problèmes de santé publique majeurs en Afrique. Ils sont associés au petit poids de naissance, à la prématurité, à la morbidité et à la mortalité néonatale et maternelle. Chez la femme enceinte, la prévention du paludisme et le traitement des IST se font actuellement par des canaux séparés.

  • La gazéification comme alternative à la déforestation

    Quelques blocs de charbon de bois rougeoyant pour chauffer une marmite, scène de la vie quotidienne dans les cours africaines. 77% des ménages ruraux et 43% des urbains utilisent ce combustible sur le continent.

  • Les déchets ? Matériaux sans valeur ou ressources à valoriser ?

    Le monde produit annuellement 2 milliards de tonnes de déchets. Avec 16 villes parmi les 25 les plus polluées du monde, le continent africain occupe une place centrale sur le plan de la pollution. Plastique, ferrailles, composants électroniques, les décharges grossissent quotidiennement de ces nouveaux déchets.

  • Le microdosage, un compromis efficace pour l’environnement

    Obtenir de bonnes récoltes tout en diminuant la quantité d’engrais, c’est le défi de la fertilisation microdose, une technique qui consiste à offrir à chaque plant la petite dose d’engrais dont elle a besoin.  Cette technique du microdosage a été largement diffusée en Afrique de l’Ouest et au Burkina Faso depuis une quinzaine d’années.

  • Appui institutionnel - Université Joseph Ki-Zerbo

    La durée, voilà ce qui caractérise le partenariat institutionnel entre les universités francophones belges et l’Université Joseph Ki-Zerbo. Mais pas seulement. Il faut aussi voir dans cette longue collaboration la raison des succès enregistrés par l’UO depuis 1997.

  • Accidents de la voie publique : comment mieux les prévenir ?

    L’urbanisation et la croissance démographique sont des causes majeures d’accidents de la voie publique (AVP). Ils en deviennent un véritable problème de santé publique au Bénin. Première cause de mortalité chez les 15-29 ans, ces accidents engendrent des conséquences lourdes au plan individuel et collectif et au plan économique.

  • Politiques de développement : les clés de leur réussite

    Le point de départ de ce projet est un constat socio-anthropologique : dans les projets et politiques de développement, les résultats sont rarement atteints et les acquis sont rarement durables. La complexité des intérêts collectifs (politiques, économiques, sociaux, culturels, institutionnels)

  • Appui institutionnel - Université d'Abomey Calavi

    L’UAC et l’ARES exécutent actuellement le 4ème programme d’Appui institutionnel. Depuis 1998, l’appui a successivement porté sur les structures de l’université ainsi que sur son organisation institutionnelle. Il a notamment contribué à la relève académique et à l’amélioration de la qualité de l’enseignement. Il a permis entre autre la formation de 22 docteurs.

  • L’accès à internet au Bénin, enjeu de la politique de formation

    La téléphonie, le numérique et l’internet ne cessent de se développer sur le continent africain. Au Bénin, le développement des infrastructures de communication et des technologies de l’information et de la communication occupent d’ailleurs une place importante dans la stratégie de développement.

  • Sensibiliser pour réduire les cancers du col de l’utérus

    La Bolivie affiche des taux de cancers du col de l’utérus parmi les plus élevés du monde. Dans la région de Cochabamba, l’une des plus pauvres du pays, près de 20% des femmes sont touchées par cette maladie. Tous âges confondus, il s’agit du cancer le plus fréquent.

  • La Bolivie, pays aux 36 langues officielles

    Avec 36 langues, presque toutes amérindiennes, la Bolivie compte un patrimoine linguistique inédit. Cette diversité est désormais officielle avec la reconnaissance de ces 36 langues indigènes comme langues officielles du pays. Restaurant la dignité indigène, cette évolution nécessite que le pays dispose obligatoirement de cadres plurilingues.

  • Un pôle de compétence en chirurgie mini-invasive

    Le Rwanda, ainsi que la plupart des pays subsahariens, souffre d’un nombre insuffisant de médecins spécialistes. Les autorités sanitaires du Rwanda ont pris conscience de la nécessité de moderniser la chirurgie.

  • Le manioc sous la loupe des scientifiques

    Après la banane plantain, le manioc est l’aliment le plus consommé par les Rwandais. Toute baisse de rendement est donc perçue comme une menace par les autorités qui, depuis de nombreuses années, s’inquiètent des effets dévastateurs engendrés par deux maladies virales, la mosaïque du manioc et la maladie de la tâche brune.

  • Appui institutionnel - Université du Rwanda

    Le Rwanda a fait des sciences de la vie et des biotechnologies l’une de ses priorités de développement. Ce programme d’appui institutionnel répond spécifiquement à cette option stratégique en renforçant la qualité des cours et en finançant des bourses de doctorat liées aux thématiques  du Centre de Biotechnologie (microbiologie, biotechnologie, science des sols et de l’alimentation...)

  • L’écotourisme, une filière touristique à professionnaliser

    Le tourisme est un secteur en pleine croissance dans de nombreux pays en voie de développement et l’écotourisme durable constitue un moyen efficace pour valoriser et protéger la biodiversité. Madagascar fait partie des pays à haut potentiel touristique.

  • Appui Institutionnel - Université d’Antananarivo

    L’ARES et l’UA ont débuté un partenariat institutionnel en 2014 avec l’objectif d’améliorer l’adéquation de la formation des étudiants avec les besoins du pays.

  • Appui institutionnel - Universidad Mayor de San Simón

    A l’UMSS, l’objectif de l’appui institutionnel est l’amélioration de la qualité de l’enseignement et le renforcement des capacités de recherche de l’université pour accroitre sa reconnaissance et sa contribution au développement régional et national.

  • Optimalisation de la pharmacopée traditionnelle

    Les remèdes traditionnels à base de plantes sont fréquemment utilisés pour se soigner au Rwanda. Pour limiter les risques liés à cette pratique parfois dangereuse, le projet vise à améliorer la qualité des phyto-médicaments et à établir des normes pour des plantes médicinales largement consommées.