Le microdosage, un compromis efficace pour l’environnement

Intensification agricole durable du mil, du sorgho et du maïs par fertilisation microdose (MICROFERTI)
-

Obtenir de bonnes récoltes tout en diminuant la quantité d’engrais, c’est le défi de la fertilisation microdose, une technique qui consiste à offrir à chaque plant la juste dose d’engrais dont elle a besoin.

Cette technique du microdosage a été largement diffusée en Afrique de l’Ouest et au Burkina Faso depuis une quinzaine d’années. Son objectif ? Produire plus tout en préservant l’environnement et la fertilité des sols.

Générant moins de pression sur l’environnement, elle conduit en moyenne à de fortes augmentations des rendements céréaliers. Cependant, il s’avère que la rentabilité du microdosage peut être très variable, certains producteurs observant un très faible retour sur investissement. Cette situation pourrait se traduire à terme par un désintérêt des producteurs pour cette technique. Ce projet vise donc à accroître durablement la production céréalière et la résilience de ces systèmes de production. Il vise à renforcer l’utilisation de la fertilisation microdose par une meilleure compréhension des principales causes de la variabilité des rendements et par de meilleures stratégies agricoles. 

Principales activités
  • Amélioration de la connaissance des facteurs environnementaux, économiques et agronomiques de variabilité de la rentabilité et d'acceptabilité 
  • Développement de stratégies complémentaires à la fertilisation microdose permettant d’augmenter l’efficience et l’acceptabilité de la technologie microdose 
  • Appui aux partenaires afin qu’ils disposent d’une capacité renforcée à intégrer durablement la fertilisation microdosedans leurs stratégies agricoles 
  • Soutien à la réalisation de 2 thèses de doctorat.
Thèses de doctorat
  • Déterminants agronomiques et environnementaux et stratégies agronomiques d’atténuation des risques – Par Yacouba Ouedraogo - UCLouvain;
  • Déterminants socio-économiques et stratégies économiques d’atténuation des risques – Par Mamadou Sanogo – UCLouvain.

Lire aussi