RD Congo

  • RD Congo

    La coopération académique que l’ARES mène en RDC avec le concours des universités de la Fédération Wallonie Bruxelles répond, depuis 1997, aux besoins exprimés par le monde universitaire congolais. Cela se traduit par une coopération institutionnelle avec les Universités de Kinshasa et de Lubumbashi. Plus ciblés, de nombreux partenariats académiques concernent aussi la recherche et la formation.

  • Les effets neurotoxiques des ressources minières sur les mineurs

    Le Katanga regorge de ressources minières, notamment le cuivre et le cobalt. L’exploitation de ces mines expose fortement les travailleurs, adultes ou enfants, à diverses formes de contamination. A des degrés divers, les populations des régions minières subissent, elles aussi, les pollutions des sols, de l’air, de l’eau et, par extension, de la nourriture.

  • Eviter la dégradation du patrimoine environnemental

    Le point de départ du projet est un double constat. Celui d’un scandale environnemental, tout d’abord, avec  une gestion anarchique des ressources naturelles (mines, bois, eau,..). Celui d’un retard éducatif majeur, ensuite, dû à plus de 40 années de crises politiques et humanitaires.

  • Pour une prise en charge multidisciplinaire dans les centres de santé

    Les objectifs de développement durable des Nations Unies reconnaissent l’importance des maladies chroniques non transmissibles et de la malnutrition. Les personnes affectées peuvent être confrontées à une combinaison de problèmes psychologiques, médicaux ou encore sociaux.

  • Des soins de santé modernes grâce à la médecine traditionnelle

    Malgré une légère amélioration de la situation socio-économique, la RDC reste confrontée à de multiples problèmes de santé. L’accès à la médecine conventionnelle étant limitée pour une part importante de la population, la médecine traditionnelle est la principale, voire souvent la seule, alternative de soins.

  • Appui institutionnel - Université de Kinshasa

    Le programme d’appui institutionnel avec l’UNIKIN a démarré en 2000. Il s’est intensifié dès 2003 avec un programme qui s’inscrivait principalement dans une logique de réhabilitation des facultés. Progressivement, cet appui a pu ramener un certain enthousiasme et de l’espoir dans un environnement universitaire qui, pendant des années, avait souffert des aléas politiques et socio-économiques.

  • Appui institutionnel - Université de Lubumbashi

    Le programme d’appui institutionnel avec l’UNILU a démarré en 2003 et visait à favoriser, pour toutes les disciplines, la pratique de terrain ou de laboratoire par le recours à des instruments scientifiques fonctionnels, la mise à jour de l’information scientifique et la formation à des techniques pédagogiques adaptées aux réalités propres à l’UNILU.

  • Réduire les risques humains et matériels causés par les ravines urbaines

    Le projet va étudier les facteurs influençant le processus d’érosion donnant naissance aux ravins urbains, si dangereux en cas de précipitations.

  • L’architecte, un expert scientifique à ne pas négliger

    En proposant un « Master en architecture et aménagement situés », l'Université Kongo va combler le déficit d'architectes en RDC, sensibles aux spécificités des constructions locales et aux enjeux patrimoniaux.

  • La gestion des RH, enjeu de la croissance

    Englobant l’ensemble des problématiques de la GRH, ce projet va renforcer les compétences en gestion des ressources humaines et management en RDC.

  • Pour une qualité de vie et une agriculture urbaine durable à Lubumbashi

    Mie en oeuvre à Lubumbashi, ce projet mise sur les potentialités d'une activité agricole urbaine pour améliorer les conditions de vie locales.

  • Une approche interdisciplinaire pour lutter contre la drépanocytose

    Via une approche interdisciplinaire, impliquant les professionnels de la santé autant que les commutés locales, ce projet vise à lutter contre la drépanocytose.

  • Les champignons, comment optimaliser leurs atouts ?

    En tant qu’aliments ou composants de la médecine traditionnelle, les champignons tiennent une place importante dans l’économie rurale en RDC. Ce projet va renforcer les filières de production, dans une approche raisonnée.

  • Les insectes, à consommer sans modération !

    Les insectes sont considérés comme l’alternative aux protéines animales. Ce projet va permettre de mieux faire connaître leurs potentialités, tant pour les consommateurs que pour les producteurs.

  • Des solutions technologiques pour valoriser la filière coltan au Kivu

    Le coltan est une matière de plus en plus convoitée et la RDC entend contrôler son exploitation. Le projet va installer une infrastructure de recherche nécessaire au développement de technologies capables de transformer le coltan avant exportation.

  • Assurer l’existence de la forêt claire pour préserver l’environnement et le bienêtre des populations

    Face à l’utilisation massive du bois de la forêt claire de Miombo entourant Lubumbashi, une réponse scientifique urgente est nécessaire afin de permettre aux académiques, aux autorités et aux communautés de garantir la sécurité énergétique des ménages et de préserver l’environnement.

  • Vers un diagnostic plus efficace du choléra

    Axé sur la rapidité du diagnostic du choléra dans une région fréquemment touché par cette maladie, ce projet a pour ambition l’amélioration de l’efficacité de l’intervention des partenaires nationaux et internationaux impliqués dans la lutte contre le choléra en RDC.

  • Evaluation de l’approche holistique proposée aux victimes de violences sexuelles.

    A l’Hôpital Panzi de Bukavu, tout est mis en place pour permettre aux femmes de retrouver leur dignité perdue, grâce notamment à une prise en charge holistique dite « One Stop Center ».

  • La Faculté des Sciences Pharmaceutiques de l’Université de Kinshasa (Photo : UNIKIN)
    Approches pluridisciplinaires pour combattre la résistance humaine et animale aux antimicrobiens

    En RDC, la progression de la résistance aux antibiotiques pose un défi majeur en termes de santé publique. Une réponse concertée s’impose dans le monde médical et vétérinaire congolais. L’une d’elle est la création d’un Centre de référence à l’UNIKIN.