Maroc

  • Maroc

    Une longue tradition de coopération académique et scientifique unit les établissements d’enseignement supérieur de la Fédération Wallonie Bruxelles avec les universités et centres de recherche du Maroc. Depuis 1998, celle-ci contribue au renforcement des piliers traditionnels d’une université performante dans la perspective de préparer les jeunes marocains à relever les défis de ce 21ème siècle.

  • Pour une meilleure gouvernance des soins et des services de santé

    Faible nombre de médecins par habitant, manque d’investissements, personnel de santé vieillissant, disparités entre les secteurs public et privé… Les faiblesses du secteur de la santé au Maroc pointées dans un rapport du Ministère de la Santé et l’OMS en 2016 sont autant de signaux d’alerte pour les autorités et tous les acteurs du secteur.

  • Elevage : entre pratique traditionnelle et production intensive

    L’élevage de petits ruminants représente la principale source de revenu pour plus de deux millions de producteurs marocains. Il s’agit d’un levier de développement important des zones rurales marginales et d’amélioration du niveau de vie des populations locales. Les élevages sont familiaux, gérés par un savoir et un savoir-faire traditionnels.

  • Les pesticides, une menace pour l’homme et son environnement

    Les effets toxiques des pesticides ne sont plus à démontrer. Ils représentent une menace pour l’environnement et pour la santé de l’homme. Selon l’ampleur de l’exposition, ils peuvent causer des malaises mais aussi dans les cas les plus graves, conduire au décès. Les agriculteurs sont bien entendu en première ligne. Les enfants, également.

  • Le potentiel économique de la datte marocaine

    Chaque année, les Marocains consomment environ 120 000 tonnes de dattes, soit 3 kg par habitant. Cette consommation est largement supérieure à la production locale, obligeant le pays à importer plus ou moins 30 000 tonnes par année.

  • L’efficacité des politiques publiques au regard de l’évaluation d’impact

    L'entrepreneuriat féminin, la première embauche des jeunes diplômés et l’intégration des migrants et des réfugiés sur le marché du travail sont les cibles de ce projet.

  • Participer à l’amélioration globale de la santé maternelle et infantile

    Au Maroc, les maladies infectieuses représentent une des causes principales de la mortalité infantile et maternelle. Ce projet soutient la recherche dans ce secteur et participe à la création d’un pôle d’excellence régional pour améliorer la prise en charge thérapeutique du couple mère-enfant.

  • Améliorer l’encadrement de la petite enfance

    L'encadrement de la petite enfance au Maroc est une priorité et requiert des éducateurs mieux formés.

  • Créer une dynamique entrepreneuriale

    La dynamique entrepreneuriale des étudiants et des jeunes chercheurs est un accélérateur de développement. Cette Synergie et le projet SALEEM y contribue.

  • Vers une plateforme analysant les processus des changements sociaux

    Comment objectiver les changements sociaux qui s'opèrent dans un pays ? Au Maroc, au Sénégal et en Belgique, l'Observatoire du Changement humain" peut offrir une réponse.

  • L’artisanat comme voie d’émancipation

    L'artisanat est un secteur pouvant contribuer à valoriser la place de la femme marocaine dans la société.

  • L’accompagnement des femmes marocaines dans l’entreprenariat

    Le Maroc souhaite promouvoir des programmes d’insertion économique pour les jeunes et populations vulnérables via le soutien accordé notamment à l’auto-entrepreneuriat et aux Très Petites Entreprises (TPE).